Accueil  Articles   Contact    Je suis inscrit
                 M’inscrire dans ay&a


Articles

Le Yoga à l'école, c'est officiel interview - SY n° 143
L’ascèse, provocation ou solution ? Tradition - SY n° 129
Joao De Deus : "Je ne guéris personne...." Dossier - SY n° 129
Les Frankenstein du yoga Carte blanche à - SY n° 128
Tradition et modernité Carte blanche à - SY n° 129
L'affaire du New York Times SY 126 - Evénement - SY n° 126
Christian pisano. Postures et vacuité SY n°126 interview - SY n° 126
Un hommage à Krishnamacharya Tradition sy n°125 - SY n° 125
Maurice Daubard, l'Homme "Toumo" SY 124 - SY n° 124
Shaheeda, une rebelle chez les pachtounes SY124 - SY n° 124
Margarita Jaramillo, embauchée par l’univers en vue - SY n° 121
CARTE BLANCHE A GIORGIO CAMMARATA Le seva Carte blanche - SY n° 121
Kharikhola dans l’Everest evenement - SY n° 121
Monsoto poursuivi pour biopiraterie billet - SY n° 120
Le yoga, ses bases, son secret, et quelques idées fortes dossier - SY n° 120
Bhoga Yoga, le Yoga de l’Accomplissement tradition - SY n° 120
Deepak Chopra, le cantique du quantique en vue - SY n° 119
Michka : l’expansion intérieure dossier - SY n° 119
Festival de l’Inde en Poitou evenement - SY n° 119
Le mouvement des vagues, du corps, et de l’esprit lieu du yoga - SY n° 119
Yoga transformation et transmission dossier - SY n° 118
Romeo et Juliette au Bengale Evenement - SY n° 118
Frédéric Lenoir, le goût de transmettre En vue - SY n° 117
Yoga tibétain Tradition - SY n° 117
Un guru à Paris Evenement - SY n° 117
Eva Ruchpaul, le goût de s’émerveiller en vue - SY n° 116
pour le japon avec à babakar khane et amma carte blanche - SY n° 116
La folie du yoga nidra dossier - SY n° 116
La mort au salon evenement - SY n° 116
Joseph Meli, pionnier de la graine germée dossier - SY n° 115
Emotion -Eric Baret tradition - SY n° 115
L’arrivée des yogas made in U.S.A. evenement - SY n° 115
la présence du yoga dans notre société satsang - SY n° 115
Maja Cardot, le yoga du faire en vue - SY n° 110
médecines chinoises dossier - SY n° 114
Les avatars du yoga en Amérique évenement - SY n° 114
Le yoga des femmes lieu du yoga - SY n° 114
Olivier Clerc, une hygiène du coeur en vue - SY n° 113
François Brousse son yoga de libération eveilleur - SY n° 113
La grande relaxation tradition - SY n° 113
Yves Mangeart nous a quittés evenement - SY n° 113
Chamanisme du 3ème millénaire billet d'humeur - SY n° 112
le yoga de la non dualité en vue - SY n° 112
Lalla poète mystique du Cachemire carte blanche à - SY n° 112
Le yoga peut-il servir à la guérison ? Satsang - SY n° 111
Mal de dos, rage de dents... Thérapie - SY n° 111
La saison du scorpion Carte blanche à - SY n° 111
Ressources de la méditation selon J. Castermane Carte blanche à - SY n° 109
vibrations planétaires Evènement - SY n° 109
I. Clerc publie "Petit X" En vue - SY n° 109
l'antigymnastique Dossier "education somatique" - SY n° 109
Yoga et psychologie de M. Flak Satsang - SY n° 108
Qui a peur de qui ? Edito - SY n° 108
Krishnamurti Evènement - SY n° 108
L’obsession de la santé parfaite Tradition - SY n° 107
S’auto guérir par la yoga thérapie Thérapie - SY n° 107
Dépression et yogathérapie Dossier "Yoga et Dépression - SY n° 106
Fenêtre sur l'art Evènement - SY n° 106
Don Miguel Ruiz, la connaissance Toltèque En vue - SY n° 104
Hormone et yoga, l'alternative naturelle Thérapie - SY n° 104
Le Sama’a des derviches Dossier 'La danse' - SY n° 103
Médecine quantique la révolution Thérapie - SY n° 103
Yoga scolaire en EPS Dossier "Yoga à l'école" - SY n° 102
Disparition de Swami Satyananda Saraswati Evènement - SY n° 102
La fonction Social du Yoga par M. Flak Carte blanche à - SY n° 102
Prana et haute densité nutritionnelle Dossier - SY n° 101
Où la parole du Maître rejoint la poésie avec Fabrice Midal SY En vue - SY n° 100
L’anatomie à travers le mouvement avec Blandine Calais-Germain SY dossier Anatomie - SY n° 99
YOGA ET RELAXATION Satsang - SY n° 99
Diane Long, Vanda Scaravelli et Krishnamurti Tradition - SY n° 99
Paris Yoga vient de sortir L'évènement du mois - SY n° 98
Baptiste Marceau Entretien - SY n° 98
Bernard BOUHERET Sei Shiatsu entrevue - SY n° 96
Nous pouvons nous dépolluer. Interview de G.E. Seralini Dossier : "De l'herboristerie à l'écomédecine" - SY n° 94
YOGA ET ÉCOLOGIE Carte Blanche à Swami paratma - SY n° 94
Karma Yoga, l'instant présent-François Roux Tradition - SY n° 91
Baptiste MARCEAU, la transmission Entrevue - SY n° 91
Yoga et cancer du sein de la rubrique Actualités - SY n° 94
Rencontre avec Jacqueline Merville En vue - SY n° 122
Carte blanche à Chögyal Namkhaï Norbu Carte blanche à - SY n° 122



     
  Extrait SY n° 112 Décembre 2010 rubrique carte blanche à
Par Jaishree Kak Odin



Lalla poète mystique du Cachemire

Lalla est l’une des rares poétesses mystiques de l’époque médiévale qui ait laissé derrière elle un héritage encore pertinent pour le monde d’aujourd’hui. Elle exhorte les hommes à trouver le courage de partir à la recherche de leur réalité intérieure au lieu de mener une vie gouvernée par les seules attentes sociales.



La vallée du Cachemire, cette terre de lacs et de forêts nichée au cœur du massif himalayen, a abondamment contribué aux différentes traditions mystiques de l’Inde, dont la plus célèbre est la tradition shivaïte. À partir du 8 e siècle, le Cachemire devint un grand centre spirituel, et nombre de nouveaux traités furent écrits en sanscrit durant les siècles suivants. Cette tradition a trouvé son expression dans la langue vernaculaire du Cachemire au 14 e siècle, dans les compositions de la poétesse Lalla, connue aussi sous les noms de Lal Ded, Lalleshvari et Lalla Arifa, dont les vers ont été transmis oralement à travers les siècles. 
La légende nous dit qu’elle fut mariée très jeune et que sa vie maritale fut rendue malheureuse par les mauvais traitements que sa belle-mère lui fit subir ainsi que par le comportement brutal de son mari. Elle reçut du Siddha Sri Kanth son initiation au yoga shivaïte. L’histoire raconte qu’elle allait chaque matin puiser de l’eau à la rivière voisine. Son mari s’aperçut qu’elle tardait souvent à revenir. Un jour il la suivit et la trouva en contemplation sur la rive. Il rentra chez lui très en colère et attendit son retour. Lorsqu’elle arriva, pour la punir, il frappa la jarre d’eau qu’elle portait sur la tête. La jarre se brisa mais l’eau resta intacte sur sa tête. On considère que c’est à ce moment-là que Lalla renonça à son foyer et à sa famille. L’incident tel qu’il est relaté symbolise sa capacité à conserver son intégrité et sa complétude au sein même de la futilité de la vie ordinaire.
Si la légende nous rapporte ses pouvoirs surnaturels, sa poésie nous la révèle comme une femme de chair et de sang qui travaille dur pour atteindre ses buts spirituels. Certains vers nous la dépeignent s’efforçant d’abandonner ses désirs mondains qui entravent le progrès de son voyage spirituel  :
Je me lamente doucement pour toi/O mon esprit, tu es énamourée d’illusions/Pas une ombre de la splendeur du monde/Ne t’accompagnera. Pourquoi oublies-tu ta vraie nature  ?
Elle cultive l’autodiscipline pour contrôler son esprit et son corps. Le chemin est long et ardu, et seule la foi, qui en est le but, lui permet de continuer. Traçant son chemin solitaire, elle rejette toute convention sociale. Lorsqu’elle devient objet de ridicule, elle doit s’armer contre la moquerie : 
Et le bien et le mal je dois endurer / Mes oreilles n’entendent point/Ni mes yeux ne voient/Quand le Moi intérieur /S’éveillera dans mon cœur, La lampe brillera même/Au sein de la tempête.
Lalla finit par s’aguerrir aux insultes et aux mauvais traitements qui lui sont infligés et apprend à garder son équanimité. À mesure qu’elle progresse dans sa quête, elle exprime ses expériences spirituelles par des vers. Disant « Je suis Lalla, je suis Lalla, »/ J’ai éveillé mon aimé / Devenant UN avec lui/J’ai purifié mon mental et mon corps.
Lorsque l’individu réalise son unité avec le Moi, la dualité sujet/objet est annulée et le Moi, qui est leur nature essentielle commune, se révèle dans sa plénitude. Lalla critique les prescriptions religieuses de toutes sortes. Pour elle, renoncer à son foyer ne suffit pas pour réaliser le Moi, ni la récitation des prières, ni le chant des mantras, ni l’égrenage des rosaires. Lire les écritures est bon pour le débutant, mais faire de leur récitation une religion est courir après une autre illusion. Le vrai temple, nous dit-elle, est en chacun, et le dieu recherché est Shiva, qui n’est autre que notre vraie nature. Elle considérait comme éveillés ceux en qui brûlait la quête de réponses plus profondes, et comme endormis ceux qui restaient absorbés dans la réalité matérielle. Usant d’images et de métaphores, elle exhortait les gens à contrôler leurs convoitises et leurs colères qui sont autant d’obstacles à l’illumination.  

Jaishree Kak Odin enseigne à l’université de Hawai, à Manoa. Elle a étudié en particulier le mysticisme d’un point de vue féministe, ainsi que la pertinence des théories shivaïtes de la conscience. Elle est l’auteur de "The other Shore: Lalla\'s Life and Poetry" (Vitasta, New Delhi, 1999).

À LIRE   Les dits de Lalla et la quête mystique, XIVe siècle, au Cachemire De Laldyada, traduit par Bhaskarakaha, Colette Poggi (Deux Océans)