Accueil  Articles   Contact    Je suis inscrit
                 M’inscrire dans ay&a


Articles

Le Yoga à l'école, c'est officiel interview - SY n° 143
L’ascèse, provocation ou solution ? Tradition - SY n° 129
Joao De Deus : "Je ne guéris personne...." Dossier - SY n° 129
Les Frankenstein du yoga Carte blanche à - SY n° 128
Tradition et modernité Carte blanche à - SY n° 129
L'affaire du New York Times SY 126 - Evénement - SY n° 126
Christian pisano. Postures et vacuité SY n°126 interview - SY n° 126
Un hommage à Krishnamacharya Tradition sy n°125 - SY n° 125
Maurice Daubard, l'Homme "Toumo" SY 124 - SY n° 124
Shaheeda, une rebelle chez les pachtounes SY124 - SY n° 124
Margarita Jaramillo, embauchée par l’univers en vue - SY n° 121
CARTE BLANCHE A GIORGIO CAMMARATA Le seva Carte blanche - SY n° 121
Kharikhola dans l’Everest evenement - SY n° 121
Monsoto poursuivi pour biopiraterie billet - SY n° 120
Le yoga, ses bases, son secret, et quelques idées fortes dossier - SY n° 120
Bhoga Yoga, le Yoga de l’Accomplissement tradition - SY n° 120
Deepak Chopra, le cantique du quantique en vue - SY n° 119
Michka : l’expansion intérieure dossier - SY n° 119
Festival de l’Inde en Poitou evenement - SY n° 119
Le mouvement des vagues, du corps, et de l’esprit lieu du yoga - SY n° 119
Yoga transformation et transmission dossier - SY n° 118
Romeo et Juliette au Bengale Evenement - SY n° 118
Frédéric Lenoir, le goût de transmettre En vue - SY n° 117
Yoga tibétain Tradition - SY n° 117
Un guru à Paris Evenement - SY n° 117
Eva Ruchpaul, le goût de s’émerveiller en vue - SY n° 116
pour le japon avec à babakar khane et amma carte blanche - SY n° 116
La folie du yoga nidra dossier - SY n° 116
La mort au salon evenement - SY n° 116
Joseph Meli, pionnier de la graine germée dossier - SY n° 115
Emotion -Eric Baret tradition - SY n° 115
L’arrivée des yogas made in U.S.A. evenement - SY n° 115
la présence du yoga dans notre société satsang - SY n° 115
Maja Cardot, le yoga du faire en vue - SY n° 110
médecines chinoises dossier - SY n° 114
Les avatars du yoga en Amérique évenement - SY n° 114
Le yoga des femmes lieu du yoga - SY n° 114
Olivier Clerc, une hygiène du coeur en vue - SY n° 113
François Brousse son yoga de libération eveilleur - SY n° 113
La grande relaxation tradition - SY n° 113
Yves Mangeart nous a quittés evenement - SY n° 113
Chamanisme du 3ème millénaire billet d'humeur - SY n° 112
le yoga de la non dualité en vue - SY n° 112
Lalla poète mystique du Cachemire carte blanche à - SY n° 112
Le yoga peut-il servir à la guérison ? Satsang - SY n° 111
Mal de dos, rage de dents... Thérapie - SY n° 111
La saison du scorpion Carte blanche à - SY n° 111
Ressources de la méditation selon J. Castermane Carte blanche à - SY n° 109
vibrations planétaires Evènement - SY n° 109
I. Clerc publie "Petit X" En vue - SY n° 109
l'antigymnastique Dossier "education somatique" - SY n° 109
Yoga et psychologie de M. Flak Satsang - SY n° 108
Qui a peur de qui ? Edito - SY n° 108
Krishnamurti Evènement - SY n° 108
L’obsession de la santé parfaite Tradition - SY n° 107
S’auto guérir par la yoga thérapie Thérapie - SY n° 107
Dépression et yogathérapie Dossier "Yoga et Dépression - SY n° 106
Fenêtre sur l'art Evènement - SY n° 106
Don Miguel Ruiz, la connaissance Toltèque En vue - SY n° 104
Hormone et yoga, l'alternative naturelle Thérapie - SY n° 104
Le Sama’a des derviches Dossier 'La danse' - SY n° 103
Médecine quantique la révolution Thérapie - SY n° 103
Yoga scolaire en EPS Dossier "Yoga à l'école" - SY n° 102
Disparition de Swami Satyananda Saraswati Evènement - SY n° 102
La fonction Social du Yoga par M. Flak Carte blanche à - SY n° 102
Prana et haute densité nutritionnelle Dossier - SY n° 101
Où la parole du Maître rejoint la poésie avec Fabrice Midal SY En vue - SY n° 100
L’anatomie à travers le mouvement avec Blandine Calais-Germain SY dossier Anatomie - SY n° 99
YOGA ET RELAXATION Satsang - SY n° 99
Diane Long, Vanda Scaravelli et Krishnamurti Tradition - SY n° 99
Paris Yoga vient de sortir L'évènement du mois - SY n° 98
Baptiste Marceau Entretien - SY n° 98
Bernard BOUHERET Sei Shiatsu entrevue - SY n° 96
Nous pouvons nous dépolluer. Interview de G.E. Seralini Dossier : "De l'herboristerie à l'écomédecine" - SY n° 94
YOGA ET ÉCOLOGIE Carte Blanche à Swami paratma - SY n° 94
Karma Yoga, l'instant présent-François Roux Tradition - SY n° 91
Baptiste MARCEAU, la transmission Entrevue - SY n° 91
Yoga et cancer du sein de la rubrique Actualités - SY n° 94
Rencontre avec Jacqueline Merville En vue - SY n° 122
Carte blanche à Chögyal Namkhaï Norbu Carte blanche à - SY n° 122



     
  Extrait SY n° 121 Octobre 2011 rubrique en vue
Par isabelle Clerc



Margarita Jaramillo, embauchée par l’univers

Dans ce monde où toute valeur semble perdue, il existe des voix portées par une force d’amour telle qu’elles « soulèvent des montagnes ». En Colombie, nous avons rencontré Margarita Jaramillo qui a abandonné sa carrière de peintre, promise à tous les succès, pour réaliser ce qui, en toute logique, est impossible. A travers son récit, nous découvrons une autre vibration planétaire d’où découle une autre façon de faire.



Santé Yoga : Dans les années quatre-vingts, vous étiez peintre et vous réussissiez, puis, vous avez brusquement arrêté. Pourquoi ?
Margarita Jaramillo : Je ressentais un certain vide dans le fait d’être simplement une artiste reconnue La vie devait avoir un sens plus profond. Au moment où je me suis sentie prête à rencontrer ce sens plus profond, l’Univers m’a poussée à créer la mula de la alegría (traduction : le camion de l’allégresse).  Une nouvelle façon de comprendre dieu a pris place en moi. Un courant subtil d’énergie que  je ne peux décrire autrement qu’en disant que c’est  de l’amour pur, m’a possédée... et a fait de moi une marionnette de l’impossible.  Cette énergie est partout.
Tout a commencé en décembre dernier quand ma femme de ménage m’a dit qu’elle avait vu des milliers de personnes sur le toit de leur maison qui n’avaient plus à manger à la suite des terribles inondations. Je me suis dit que l’on pourrait peut-être leur envoyer quatre-cents paniers avec des aliments basiques, si l´énergie d´amour le voulait. Je n’ai fait que parler avec cette énergie que se manifestait comme une voix intérieure, en lui disant : « si tu veux,  je crois qu’ on pourrait le faire ». Je n’ai rien demandé à personne, j’ai simplement parlé de la situation autour de moi et d’une façon surprenante, tout est venu, l’argent nécessaire, et des aides de toutes sortes. Deux étudiants volontaires  sont partis avec le mari de la femme de ménage qui conduisait un énorme camion. Entre le 19 décembre 2010 et le 6 janvier, nous avons pu apporter à ceux qui avaient  tout perdu, 3.6 tonnes de nourriture !  A chacun de nos pas, et toujours au bon moment, nous avons reçu exactement ce qu’il nous fallait. Quand je réussissais comme peintre, j´étais encore ignorante : je ne savais pas, comme dit le bouddha, que nous sommes venus sur terre pour rendre les autres  heureux. Maintenant que je ne cherche plus rien pour moi-même, l’Univers m’a touchée et il m’a embauchée.
S.Y. : Et combien vous paye-t-il ?
M.J : Je travaille 12 heures par jour, je n’ai pas de vacances et, financièrement, juste de quoi fonctionner. Il me paye en joie intérieure, je dors comme un bébé. Tous les jours, je demande à cette énergie de me guider. Très important : je ne doute pas. Mes méthodes : trouver un temps et un espace chaque jour pour écouter  cette voix intérieure et après... lui obéir. Ajna chakra est le chakra par lequel on reçoit tous les ordres. Ce n’est plus la logique qui opère. Si j’avais été logique, je ne serais jamais partie. Tout le monde me dissuadait d’aller là-bas à cause des dangers, serpents, malaria, groupes armés... Mais mon seul maître est ma voix intérieure qui n’est d’ailleurs pas séparée de moi.
S.Y. : Auparavant, vous aviez été à plusieurs reprises en Inde ?
M.J. : Oui, notamment chez Saï Baba. J’ai eu confiance, j’ai suivi ce qu’il disait. Il parlait de Ahimsa, la non violence, de  Seva, le service aux autres. J’ai médité, lu les écritures sacrées. En Colombie, j’ai du être interprète simultanée pour les élèves de Amma et de Babaji. J’ai du apprendre à me vider, sinon je ne pouvais pas bien traduire. La flûte de Krishna est vide pour que le son passe. C’est toujours l’ego qui empêche. Tout cela m’a lentement transformée. Le temps n’existe pas. La distance non plus. Ce qui compte, c’est de se vider de soi même. Ramana Maharshi qui a eu l’illumination instantanée a bien expliqué qu´ il n’y avait qu´un courant subtil d’amour. Il disait qu´en comprenant cela, il n´avait plus jamais eu peur de la mort. Plus de 2000 ans après la mort du Christ, les gens n´ont pas encore compris que cette énergie se trouve partout sans distinction de race, de religion, ou de culture.
S.Y. : En fait, vous avez le même rêve que John Lennon, « Imagine there is no country », « Imagine qu’il n’y a pas de pays » ?
M.J. : J’imagine que, dans cette région Pacifique colombienne, il y aura des bateaux qui navigueront sur le rio Atrato  en s’arrêtant quatre jours dans huit  villages. Un bateau école, un bateau hôpital, un bateau bibliothèque et un bateau centre de culture. Il y aura à bord des dentistes, des médecins et  des professeurs qui enseigneront en jouant des pièces de théâtre ou en actionnant des marionnettes. Dans le Choco, une région de grands fleuves à la biodiversité importante,  toutes les maisons sont sur pilotis et la seule communication est la rivière. Y vivent les gens les plus pauvres du monde, descendants d’Africains et Indigènes Emberas et Wounan. Ils meurent encore comme il y a cinq-cents ans d’une grippe ou d´une diarrhée. On leur vole leurs terres, on les tue dans la guerre pour la drogue. Dans cette région impossible, nous  avons créé une bibliothèque-ludothèque, « Martin Luther King, Jr.» où les Afros et les Emberas pourront connaître  et comprendre  le monde qui les entoure et valoriser leur propre culture. De nouveaux projets économiques pourront voir le jour, nous pourrions apprendre à vivre ensemble en respectant la nature et  la planète.
S.Y : Voulez-vous être un modèle pour le monde ?
M.J. : Pas nous. Ce modèle, j´en suis sure, est déjà en train de se reproduire  simultanément dans plusieurs endroits de la planète. Il provient d´une même  source. « Le petit est beau » disait Schumacher,  l’un des premiers écologistes.
Lorsque le courant passe à travers toi, tu disparais, il n’y a plus personne pour être malade, personne pour sentir.  C’est la prédiction des Mayas : dans l’âge qui vient, il n’y aura plus d’ego. Chacun aura  l’antenne pour que cette pensée universelle puisse descendre et passer à travers. Une harmonie planétaire règnera. La descente du supra mental, selon le terme de Sri Aurobindo, a commencé en 1926. L’autobus passe et il faut vite monter, sinon on reste. Nous savons maintenant que ce qui ne vibre pas suffisamment haut et vite,  disparaitra.
S.Y. : Nous n’avons pas envie de disparaître… Peut-on vous aider et comment ?
M.J. : En visualisant avec joie ce que nous faisons, vous le faites avec nous. Si l’énergie dont je vous ai parlé veut que des gens viennent nous rejoindre, ou que l´argent vienne,  il n´y  aurait rien que nous pourrions faire, ni pour les faire venir, ni pour les en empêcher.
S.Y. : Comment chacun peut-il contacter cette énergie ?
M.J. : Une façon simple est de se donner un temps et un espace pour écouter cette voix intérieure  subtile et silencieuse. Une autre façon est de demander à être guidé juste avant de s’endormir  et au réveil, le matin, de doucement écouter, sans bouger, quelques secondes,  avant de sortir du lit.
Aujourd’hui, où le temps est accéléré, ou les vibrations s´élèvent, les conséquences des actes sont immédiates. Les gens se rendent compte qu´agir mal ne paye pas et ne passe plus,  car tout se sait  très vite. Ceux qui agissent bien et dont le cœur est pur feront des miracles. Leurs pensées et leurs paroles seront des ordres obéis par l\'univers.